RSS

le goût des choses simples

17 Jan

Vilain au coin du feu par La Vilaine

Ce matin en sortant timidement une jambe de dessous ma couette afin de prendre pied avec la dure réalité de l’éveil, les yeux encore fermés, les couvertures sur la bouche pour éviter toute protestation bien justifiée d’un corps et d’un esprit intermittents du sommeil, la froidure ambiante a immédiatement fait retentir en mon cervelet le signal d’alarme tonitruant d’un grain de sable dans les rouages d’un dimanche paisible.

Fonçant droit dans la salle de bain (enfin un peu de travers à dire vrai, la renaissance des sens prenant chez moi un temps certain et dépendant grandement d’une douche chaude et de l’engloutissement d’un café ) je n’ai pu que constater avec désarroi que l’eau n’était pas plus chaude que les radiateurs. Panne de gaz, panne de bonne humeur matinale…

Après avoir trifouillé et tenté les raccommodages usuels sur la chaudière à Bac plus dix, je ne pus que me rendre à la triste évidence : il n’y aura point de confort en ma demeure en ce dimanche glacial. Si je gardai un air digne et peu déçu face au monde, dans ma petite tête, trépignements et crise de larmes enfantins se jouaient la part belle et je jalousai à part moi, cet âge béni où l’on peut laisser éclater les émotions les plus démesurées.

Une fois mon café salvateur avalé, je fis contre mauvaise fortune bon coeur et remplis les plus grandes casseroles de ma batterie, afin de les chauffer sur mes plaques, qui Ô joie de la technologie sont vitrocéramiques et non de ces petits brûleurs à gaz qui seraient eux aussi restés désespérément froids. Une douche à l’ancienne en somme et me voilà revigorée par le renversement d’une grande bassine chaude sur mon corps transi, réchauffement climatique de ma petite personne, de courte durée mais apprécié.

S’habiller en vitesse (ne surtout pas traîner dans la salle de glace) et faire un feu dans la grande salle, des objectifs simples, d’un temps ancestral se firent miens en cette journée dominicale. Prendre un plaid, un livre et mes chiens, se lover dans le coton de mon canapé, collés/serrés tous les trois, s’échangeant la chaleur animale en attendant que la cheminée donne tout de sa puissance. Et toute la journée, veiller sur le feu comme mes plus lointains ancêtres le faisaient, ne surtout pas le laisser s’éteindre, tourner et retourner les bûches, user du tisonnier. Et là, à ce moment précis, se réjouir de ces grains de sable dans les rouages de mon dimanche paisible, parce que la journée en est transformée en petits plaisirs simples, en communion avec la nuit des temps : aimer et protéger le feu pour qu’il m’aime et me protège en retour.

Share

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le janvier 17, 2010 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

4 réponses à “le goût des choses simples

  1. Stef

    février 1, 2010 at 10:34

    Très belles photos comme toutes les autres que se trouvent sur ton blog … Contente d’avoir des tes nouvelles au travers de la « toile ».
    Stef

     
  2. Jacques Brévent

    avril 10, 2010 at 8:55

    Parole d’aide-soignant !

    Drôle de monde moderne ! Par ce matin froid d’hiver je me suis levé avec peine pour aller aider de vieilles dames qui me disaient la peine qu’elles avaient à se lever et à sortir de leurs lits chauds…

    « En l’occurrence, des Vilaines88 ou Vilaines90… »

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :