Un enfant pas comme les autres

Avec toutes les nouvelles technologies, la télévision, les jeux vidéo, on ne peut que constater avec quelque amertume que la lecture a perdu de sa superbe auprès des enfants. Lorsque je n’étais pas bien haute, bien que je sois toujours bien loin de toucher les étoiles du bout des ongles (et ce, même en les laissant pousser au plus long), les livres étaient déjà souvent associés à une étrange forme punitive, ou au mieux, à une drôle de corvée inventée par des professeurs quelque peu sadiques et fort éloignés des véritables appétits enfantins.

© La Vilaine - Infographie par La Vilaine

Mais, bien que nombre de mes petits camarades préféraient largement se vautrer dans le canapé, tartine de pâte à tartiner avalée goulûment devant la télévision plutôt que de se cloîtrer dans le calme de leur chambre avec un bon bouquin, les consoles vidéo mini ou maxi; les lecteurs de cassettes vidéo étaient encore une possession très marginale dans les demeures (heu… Que les plus jeunes d’entre mes lecteurs effacent immédiatement ce sourire incrédule de leur visage, non, les lecteurs DVD n’existaient pas du temps de Mamie Vilaine, ça va, hein !) et donc la lecture était tout de même encore relativement bien répandue.

Je me faisais cette réflexion quelque peu tristounette récemment, tentant de me consoler en pensant que BD et Mangas avaient toujours la part belle et que, même si l’on est loin de la littérature, c’est toujours mieux que des paires d’yeux collés sur des écrans lumineux, quand une conversation téléphonique me rapporta une réplique qui, de longues heures plus tard me laisse toujours aussi éberluée tant et si bien que je ne pouvais garder cette in-cro-ya-ble phrase égoïstement pour moi toute seule…

Il convient que je vous raconte en substance le contexte qui compte pour beaucoup dans ce conte réel de la vie moderne. Une maman inquiète téléphone (Ô joie de la téléphonie moderne) à la directrice de colonie de vacances car son enfant l’a appelée, fort angoissé, ne parvenant pas à s’adapter au groupe. La réponse, que dis-je, l’explication de ladite patronne de l’essaim de mouflets est un tel bijou saugrenu que je vous la livre telle quelle : « Mais vous comprenez, ce n’est pas un enfant comme les autres… Il LIT DES LIVRES ! »

Mon Dieu ! Mais appelez immédiatement Edwige Antier ! Prévenez sans plus tarder la DAASS ! La police ! Les pompiers ! Quelle horreur un enfant qui lit et si ça se trouve même jusque dans son lit !!! Une telle anormalité ne peut être laissée sans effet ! Condamnons les odieux parents responsables sans aucun doute de pareille perversité ! Si l’on ne fait rien qui sait où tout cela finira ! Si ça se trouve il va même se mettre à écrire un jour et là, je ne réponds plus de rien !

Alors même si c’est un cas isolé et qu’il conviendrait peut-être de « camisoler » cette drôle de tenancière de tente à chérubins, je ne peux m’empêcher de me dire que non seulement les enfants lisent de moins en moins mais qu’en plus lorsqu’ils le font, ils deviennent de drôles de bestioles rapidement catalogués asociaux et mon esprit de s’envoler dans deux directions (au bas mot !) l’une se souvenant du siècle dernier où la lecture était souvent considérée comme une perte de temps prise sur le travail, et l’autre loin, fort loin devant, dans un futur gris et noir où la littérature sera l’apanage de quelques fous, et où l’on emmènera consulter les mouflets qui ne joueront pas sur leur ordi-mimi !

Share

18 réflexions au sujet de « Un enfant pas comme les autres »

  1. Article très intéressant mais beaucoup trop long! Depuis que je suis sur Facebook, j’ai du mal à me concentrer sur les textes de plus de 4 lignes…

    PS: Alors, on risque la répétition stylistique juste pour ne pas citer une célèbre marque italienne? :p

  2. Une enfant pas comme les autres !

    Nouvelle très autobiographique de La Vilaine.
    Beaucoup de réalisme, et de bon sens dans ce conte.

    le Gaullien.

  3. Que vous êtes mauvaise langue! Il n’y a pas de problème avec le livre! La Vilaine s’est juste représentée dans un miroir en train de lire en version originale le fameux best seller Hongrois: « Nu tnafne egnarte » 😉

    • C’est bien aimable Stf de prendre ma défense, mais je crains qu’il te faille descendre de ta haute monture blanche tant il est évident que ce n’est pas ma petite personne représentée, et que, conséquemment, j’ai commis l’erreur fatale et suprême de l’inversion ! Mais c’est noble cette prise de position malgré les preuves accablantes de ma maladresse et je prends bonne note de cet acte courageux !

      • Bon, et bien j’ai renvoyé Crin Blanc à l’écurie… Il était un peu déçu vu qu’il ne sort pas souvent 😉
        Mais je vais immédiatement griller mon bon point par une remarque désagréable: attention à la cohérence de propos au niveau du blog: plus de lecture = plus de livre = plus de papier = moins d’arbres… Finis les belles ballades en forêt et les serrages de troncs de ton article précédant!!!
        Ou alors on passe tous à l’e-book (e-bouquin?), mais moi j’ai du mal, la cellulose garde un certain charme que le Kindle (c) n’a pas…

        • Pauvre crincrin !

          Pour la cohérence, je pourrais t’opposer plusieurs contre-arguments dont le premier serait : papier recyclé, le second : livres d’occasion; le troisième : bibliothèque.

          Et enfin le quatrième : le bois écologique, lequel, je pense, peut être adapté au papier. il existe depuis peu des labels du bois écologique qui permettent d’identifier le bois qui a été cultivé, transformé et conditionné de manière durable. En détails cela signifie que le bois écologique est cultivé de manière durable dans des forêts grâce à une coupe sélective, une culture de la forêt sans pesticides et respectueuse de l’environnement.

          On pourrait donc envisager sans problème qu’il en soit de même prochainement pour le papier.

          En conclusion : tu gardes ton bon point !

  4. Quel duo 😉 Le provocateur mécréant et La Vilaine qui, à l’encontre de son pseudonyme, nous distille quelques gouttes d’espoir pour soigner un avenir bien sombre…
    Voilà qui m’encourage à continuer à aller chez Lidl juste pour acheter du PQ à base de papier recyclé… Un peu plus rêche pour mon intimité, un peu plus doux pour la planète 😉

  5. Je verse une larme de compassion aux victimes de l’électronite aiguë dont souffrent tant de nos chérubins d’aujourd’hui (sans compter leurs parents…) et une larme d’émotion en pensant au tendre rat vert qui, de son corps velu a donné ses années de papier pour offrir le déclic de la lecture à nos petits gnomes de CP. Vous souvenez-vous ? Ratus est un rat. Mina est un chat. Mina joue dans le pré avec Marou. Belo a une moto.

    Ouuuuhhh à la méchante Directrice !!!

      • Ah mais moi aussi ça me fait plaisir ! J’adore vos photos, au passage…

        Ceci dit, il serait en effet plus sage d’interdire la lecture aux enfants ça coûterait moins cher à l’Etat. Quand on voit que nous vivons à une époque où on se glorifie de ne pas supporter la princesse de Clèves… 😦

  6. Le commentaire de Jacques (« sans compter leurs parents… ») m’a fait penser à une anecdote qui n’a pourtant qu’un lointain rapport…
    L’année dernière je me suis « expatrié » pour Toulouse à l’occasion d’un projet de quelques mois… J’adore voyager, donc j’ai plutôt apprécié l’expérience, sauf que je me suis retrouvé d’astreinte le jour de Noël, seul et un peu déprimé à la vue de tous ces gens se préparant pour passer un bon moment en famille ou entre amis (comme La Vilaine, je suis un jour-de-l’an-phobe, mais j’ai un petit faible pour Noël!). Et à ma grande surprise, je me retrouve invité d’une collègue, une petite jeunette de 25 ans, à passer le réveillon chez elle, avec son compagnon et un autre de leur ami. Impossible de refuser devant tant de spontanéité et de gentillesse!
    J’arrive donc chez eux avec quelques bouteilles intéressantes, la glace est immédiatement brisée et nous passons un excellent réveillon avec au menu foie gras maison, aiguillettes de canard avec coulis de Framboise et gratin Dauphinois… Bref, je pensais être en excellente compagnie!
    Arrive la fin du repas, et je pensais que nous allions déguster une liqueur de prune en refaisant le monde…
    Mais à ma grande surprise la maîtresse de maison se lève et demande à la cantonade: « On se fait une partie de Lapin Crétin par équipe sur la WII??? »
    Je me suis senti vieux…
    Et je vous passe leur ébahissement devant mes aveux de ne pas connaître ce lapin, ni même d’avoir jamais utilisé une console de jeux!

  7. N’oublions pas qu’un des point positif de la génération numérique est la capacité à bien mieux mémoriser ce qui est écrit que ce qui est dit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.