RSS

François Nourissier : A défaut de s’aimer

16 Fév

 

François Nourissier

Ce matin en lisant la presse, comme beaucoup, j’ai appris la disparition de François Nourissier. Il est rare que le décès d’un écrivain, d’un homme de lettres, m’amène à écrire un article sur mon blog sans doute parce que j’estime n’avoir aucune légitimité à le faire, d’autres s’en chargeant bien mieux, avec bien plus de connaissances.

Cependant cette triste nouvelle a immédiatement évoqué en moi le souvenir d’une lecture « A défaut de génie » qui m’a profondément émue.

Dans ce livre autobiographique, courageux, fort, François Nourissier couchait ses mémoires dans le glissement de ses pensées, sans réelle chronologie et surtout sans la moindre complaisance. Il se critiquait durement, remettait en cause ses choix, sa vie, jusqu’à son physique, tout en décrivant avec une profonde tendresse les êtres qui comptaient le plus pour lui.

Je me souviens d’avoir aimé me perdre, d’avoir souhaité qu’il continue de me perdre, dans le labyrinthe de ses souvenirs. Je me souviens des femmes, des portraits touchants qu’il en faisait, des sourires que je sentais s’étirer sur mon visage.

Je me souviens  de sa tristesse transpirant sur le papier et qui me gagnait, qui s’insinuait en moi au fil des pages, d’un homme qui se retourne, regarde sa vie et se déçoit amèrement, n’appelant, dans le box des accusés de ce procès à charge, personne d’autre que lui-même.

Je me souviens de mes larmes retenues, de ma révolte, de ce cri intérieur qui aurait voulu l’atteindre pour qu’il entende qu’un homme capable de se juger aussi durement ne peut être aussi mauvais qu’il le prétend.

Je me souviens de la résonance de ses mots dans tout mon être, face à cette terrible séance d’autoflagellation, face à cet homme qui estimait ne pas mériter l’amour de son entourage, ne se voyant plus que comme un vieillard sénile et malodorant qu’il aurait convenu d’abandonner.

Je me souviens avoir maintes fois éprouvé le désir, l’envie, le besoin même, de lui écrire tout au long de cette lecture. Lui écrire naïvement : « je ne vous connais pas, mais moi je vous aime » pour le détromper. Lui écrire que si apprendre à aimer l’autre dans son entièreté, avec ses défauts et ses qualités n’est pas toujours aisé, il est bien plus difficile d’apprendre à s’aimer soi et d’accepter ses faiblesses comme autant de petites parties de son être, pas toujours heureuses certes, mais sans lesquelles nous ne serions sans doute pas tout le reste…

Qu’à défaut de s’aimer, il est possible de s’accepter.

Publicités
 
6 Commentaires

Publié par le février 16, 2011 dans Actu, littérature

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

6 réponses à “François Nourissier : A défaut de s’aimer

  1. PJ Fiedler

    février 16, 2011 at 8:21

    Superbe hommage à ce grand écrivain.
    Le sujet est éminamment complexe, c

     
  2. Inspecteur D.

    février 16, 2011 at 8:23

    Vous ne lui avez probablement pas écrit, vous avez fait mieux: le lire.

     
    • lavilaine31

      février 17, 2011 at 1:12

      En effet, je n’ai jamais osé… Merci pour ce commentaire.

       
  3. moreels

    février 16, 2011 at 8:27

    C’est ni plus ni moins génial. J’ai beaucoup apprécié !!

     
  4. PJ Fiedler

    février 16, 2011 at 8:29

    Superbe hommage à ce grand écrivain.
    Le sujet est eminemment complexe et il me semble que ne pas s’aimer, empêche d’aimer pleinement les autres. C’est un point de vue qui ne peut s’exprimer en peu de mots, mais je me souviens d’une rencontre extraordinaire dans ma vie, un 2ème père, si proche de moi, si comprenant qui m’avait dit ceci : Savoir donner c’est bien, savoir recevoir c’est beau et mieux encore, quoique plus difficile.
    Il me semble que dans sa quête, que tu exprimes ici, ce penseur devait certainement se poser ce type de question. Et je finirais par une phrase célèbre qui relève de la sage vieillesse exprimée en son temps par Gabin, Aujourd’hui, il y a une chose que je sais, c’est que je ne sais rien.. mais il faut bien croire un peu en soi, pour accepter le monde, son monde, et pour finir par s’accepter un peu soi même… 😉

     
  5. Stf

    février 17, 2011 at 4:35

    J’aurais plutôt dis que ne pas s’aimer soi empêche souvent d’accepter pleinement l’amour des autres… Et pour s’aimer soi, il faut savoir se pardonner… Une clé que je cherche encore, sans avoir vraiment le courage de la chercher.
    M.Nourissier, vous nous aurez fait philosopher même après votre disparition! Un minuscule homage en soi j’imagine.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :