RSS

Araignée du soir, espoir…

29 Août

Toile d'araignée - Photo par La Vilaine

Il est des moments dans la vie, où, comme me le souffla un sage lorsque mon cervelet il prit en charge, il convient de se débarrasser de ses croyances idiotes, sous peine de rester comme une sotte, le cœur battant et le souffle court, à contempler les autres jouer dans la grande cour.

De l’adage sans âge aux vœux à peine pieux, nos grands-parents ont distillé dans nos petites oreilles d’enfants, superstitions et coquecigrues, auxquelles non seulement on a cru, mais on a cru bon d’y ajouter, dans un petit coin, à la récré, un chuchotement ici gravé, un rituel à respecter, une ritournelle à se murmurer, le tout formant soyez-en sûrs, une formule à peu près magique aux pouvoirs hautement bénéfiques !

Et insidieusement, quoiqu’on en dise, on se surprend encore parfois, tout adulte que l’on est, à murmurer quelque sortilège en pénétrant pour la première fois dans une église ou en suçotant la première cerise. Tant et si bien, qu’il y a même à présent des sites qui se spécialisent dans le dépôt de vos souhaits les plus secrets, vous jurant qu’ils se réaliseront, croix de bois ! croix de fer ! si je mens, je vais en enfer !

C’est ainsi que votre Vilaine, apercevant une araignée, lui offre un traitement tout à fait différent, selon qu’elle glisse sur le mur un matin, un midi ou un soir (je sais… C’est pathétique et quelque peu sadique…).

Jusqu’à ce jour, où, confortablement installée dans son lit, bouquinant « les 30 jours de Paul Leroux » (merci PJ), la lumière de sa lampe de chevet découpa la silhouette inquiétante d’une arachnide rendue géante, qui avalait clopin-clopant, le peu de distance qui, de la couette, la séparait.

N’écoutant que son courage (et surtout son épouvante à l’idée que la bestiole puisse venir lui chatouiller le front durant la nuit, voire même que dans un bâillement inopportun elle puisse l’avaler !), elle repoussa les couvertures, se hissa sur les fins montants de son lit (il faut vous dire que le traître animal, tentait de s’esbigner vers le plafond, et que La Vilaine manque de hauteur), saisit son ouvrage (désolée PJ), et le bras en l’air, menaçant l’insecte aux pattes géantes, elle lui souffla :

« Araignée du soir espoir, mais j’ai de tout petits espoirs et tu es une bien trop grosse araignée pour les exaucer »

Et sans plus de cérémonie, elle écrasa le livre sur l’animal, qui disparut dans un bruit visqueux sans même avoir eu le temps de plaider sa cause…

Publicités
 
10 Commentaires

Publié par le août 29, 2011 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

10 réponses à “Araignée du soir, espoir…

  1. Stf

    août 29, 2011 at 6:55

    Araignée du soir, cauchemars? N’as tu point à tes côté un compagnon viril et attentionné, et surtout insensible a la phobie des arachnides, prêt à recueillir l’octopède égaré dans le satin de ta couche? Et le reloger ensuite délicatement hors de votre demeure ou il se refera un devoir de croquer les vilains moustiques tombé dans le piège mortel de sa toile? Sans parler des jolies photos a faire de bon matin quand cette même toile, perlée de rosée s’irise des premiers rayons du soleil! Tant qu’il y a de la vie…

     
    • lavilaine31

      août 29, 2011 at 11:32

      C’est mon Cher Stf, que si la Vilaine est couarde, elle se refuse à être (en plus !) de ces péronnelles qui poussent des cris suraigus en réaction à leur frayeur et à l’attention de leur compagnon, attendant qu’il monte sur son fidèle destrier pour les délivrer. La Vilaine se débrouille par elle-même, elle affronte, la main certes tremblante, mais elle affronte !

      Pour le reste, je ne le sais que trop bien (pour preuve la photo de ce billet faite de mes petites mains), mais il faut aussi que ces araignées sachent assumer leurs responsabilités et que quand elle se risque à pénétrer dans ma couche, elles seront traitées comme de vulgaires mouches (nonmého !) !

       
  2. Le Gounjou

    août 29, 2011 at 9:01

    Je surlike les textes avec des rimes dedans. Ça donne un côté sympathique à la réelle frayeur que tu as dû avoir.

    Et RIP, l’araignée.

     
  3. Stf

    août 30, 2011 at 2:51

    Sans empathie pour l’araignée, l’araignée en pâti!
    Note: je déconseillerais cependant au néophyte qui lirais cet échange la chasse à l’araignée à cheval… Le potentiel romantique indéniable est malheureusement tempéré par une efficacité assez limité dans la réalité, hormis peut être pour le sauvetage des papillons de nuit ayant élu domicile au plafond.
    Note 2: Quelle photo! J’en ai moi même immortalisé quelques unes mais jamais avec un arrière plan possédant autant de caractère! Brava! Mon amie en avait réussi une pas mal à mon gout dont tout l’intérêt tient dans le fait qu’on ne voit quasiment pas… la toile! (https://picasaweb.google.com/alessia.litta/MacroCloseUp#5615228652445082514)

     
  4. HK

    septembre 16, 2011 at 3:02

    Ton billet est pleins de bon sens et d’ouverture sur des concept bien plus vaste que les simples superstition. Même ce que nous on légué nos arrière-arrière-arrière… grand parent, il faut savoir le remettre en question. Je parle de tout concepts adopté d’office dans notre société, qu’ils touche la vie sociale, économique, politique et (surtout) religieuse. Sans être aussi pragmatique que monsieur le saint Thomas accepter bêtement des idées ou concepts sans en cherché l’origine, la véracité c’est de l’étroitesse d’esprit je trouve. Il est certes très dur parfois de chercher à remettre en question certain concept (notamment scientifique) mais chercher à les comprendre avant de les accepter est primordiale à mon sens.

    Sinon je n’aime pas particulièrement les araignées mais je pense qu’avant de les tuer sauvagement avec un livre ou Katana émoussé, il faut essayer de la faire sortir. Après, si l’araignée n’est pas raisonnable, il est temps de penser à saisir sa pantoufle pour libérer ce petit insecte des affres de la vie physique.

    Bonne continuation !

    Matta ne.

     
  5. ID

    septembre 30, 2011 at 7:08

    Acte courageux, mais qu’auriez-vous fait dans une situation similaire à celle illustrée par cette image ?

    Amicalement,
    un arachnophobe convaicu.

     
    • lavilaine31

      octobre 6, 2011 at 8:03

      Tout dépend de la position dans laquelle j’aurais été… Assise, il est certain que j’aurais hurlé…

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :