RSS

Fermer la parenthèse

07 Oct

Bulle - Infographie par La Vilaine

Comme sous l’effet d’une drogue, le théâtre électrise, brûle l’esprit, gonfle les veines, revigore et épuise. On donne, on reçoit, on sort de soi, soudainement forcé à briser la bulle de protection que l’on a soigneusement forgée, patiemment étirée du plat de la main, la joue effleurant chaque millimètre carré à la recherche du petit souffle signalant un souci d’étanchéité. La mise à nu d’abord difficile, devient besoin quand on s’aperçoit s’être fourvoyé, que si le risque d’être blessé existe, il est aussi réel que la chance d’être touché par la grâce d’un moment, parce que pour recevoir pleinement, il faut abandonner totalement.

Comme sous l’effet d’une drogue, l’un tourne trop vite, l’autre bat trop fort, et l’on se demande du cerveau ou du coeur, lequel de battre va s’arrêter le premier. Et l’on se prend à aimer trembler, perdre le contrôle, on caresse les chaînes de cette addiction, on souhaite qu’elles nous enserrent à nous en étouffer, on se love dans son rôle, objet de notre égoïste attention.

Comme sous l’effet d’une drogue, l’arrêt est brutal et violent, le sevrage douloureux, le manque d’avance effrayant. Parce que l’on s’est senti à sa place et vivant, à l’endroit exact où l’on devait depuis toujours être, tout à coup recentré. Parce que l’on a partagé, pris, donné, ri, pleuré, parce qu’en quelques semaines on a tant appris sur les autres et sur soi, que des certitudes ont volé en éclats, que l’on a reçu des choses que l’on n’attendait pas. Et puis on relève la tête, on accepte, on décide d’en revenir pour n’en plus conserver que de doux souvenirs, et l’on ferme la parenthèse.

Publicités
 
7 Commentaires

Publié par le octobre 7, 2011 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , ,

7 réponses à “Fermer la parenthèse

  1. Le Gounjou

    octobre 7, 2011 at 1:18

    Belle description du monde merveilleux du théâtre. On ressent tous cette sensation après plusieurs représentations d’affilée.

     
    • lavilaine31

      octobre 7, 2011 at 1:23

      Merci Gounjou, vu nos échanges de mercredi, je me doutais que ce billet te parlerait aussi.

       
  2. Héautontimorouménos

    octobre 7, 2011 at 3:42

    Le réveil sonne … je suis au pied d’un arbre … dans l’obscurité … je me lève …je marche sur un Lego qui traîne … le vide commence à se remplir … déjà ?!

     
    • lavilaine31

      octobre 7, 2011 at 4:08

      « Déjà ? » J’ignore si c’est volontaire, mais il y a aussi un peu de ça… On se surprend à chérir ce vide, comme les petites miettes restées sur la table, celle du gâteau que l’on n’a pas assez savouré.

       
  3. Jacques Brévent

    octobre 7, 2011 at 7:21

    Entre parenthèses quelle forme ! Vue de la salle si perchée tout en haut de la scène ou par l’écrit tu es une artiste grande par le talent et par la force de ses rêves ! Pour tout cela MERCI !
    « Piteboilouille » ne changent rien à l’affaire : … fermez la parenthèse …

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :