RSS

La contorsion du chignon (plaisirs inavouables 1/2)

20 Oct

La contorsion du chignon - Infographie par La Vilaine

Je ne suis pas une grande amoureuse du ménage mais il faut le faire, je m’y plie donc de bonne grâce et m’attaque aux taches tenaces et rangements divers, panossage (oui, ici, on dit panosser, n’en déplaisent à mes amis parisiens, je suis parfaitement intégrée et use du patois avec doigté) et pliage des vêtements d’hiver, toutes ces besognes m’ayant été attribuées par un tirage au sort auquel je ne me souviens pourtant pas avoir jamais participé. Pour faire court, bon gré mal gré, et puisque j’y suis obligée (depuis que j’ai compris que non, Mary Poppins ne viendrait jamais faire mon lit), j’y mets de l’entrain et passe l’aspirateur sur de rythmés refrains.

Mais parmi toutes les corvées chronophages du quotidien, il y en a quelques unes qui me réjouissent au plus haut point. Oui, je m’apprête à vous livrer par le truchement de ce billet, une petite passion inavouable, un plaisir parfaitement démesuré, voire même deux (j’hésite un peu), et ce, en toute conscience…

Offrez-moi un meuble Ikéa et vous me comblerez de joie. Pas particulièrement pour le design du mobilier sans âme, j’aurais plutôt un certain amour pour l’objet qui sent le vécut (et la poussière, mais sur ce sujet, vous m’avez déjà lue), non, non, c’est pour le côté en kit… Le montage d’un Kinder Surprise obèse provoque en moi des soupirs d’aise. Je pourrais passer mes journées dans des positions aussi improbables qu’inconfortables, affalée sur le carrelage du salon, à jouer de la clé Allen, à me contorsionner jusqu’au chignon, à visser à en perdre haleine… Et si par hasard il manque une pièce, je ne grogne pas, je ne suis plus que liesse face à ce petit ennui qui vient heureusement compliquer le défi. Je suis assez lucide pour que, tout en taquinant le tournevis, je prenne pleine conscience de mon vice, et me moque de ma sur-réaction pleine d’effusions.

Car non, lecteur, il ne s’agit pas uniquement de « bien aimer » les monter, mais bien d’un véritable plaisir à la limite du délire… Tant et si bien, que l’année dernière, loin des bijoux et autres fanfreluches de femmes de goût, j’ai réclamé pour fêter mon anniversaire, une perceuse-visseuse-dévisseuse-rêveuse, à la lumière toute nucléaire, pour m’enfoncer dans ma passion vicieuse et tenter de gravir quelques échelons de la bricoleuse à hyper-réaction…

Et de me demander, si, au lieu d’un travail requérant l’entière participation de mon cervelet, je n’aurais pas plutôt mieux fait, de m’orienter vers quelque métier nécessitant la dextérité de mains tannées.

Publicités
 
16 Commentaires

Publié par le octobre 20, 2011 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

16 réponses à “La contorsion du chignon (plaisirs inavouables 1/2)

  1. pascal

    octobre 20, 2011 at 2:01

    Ta dextérité palmaire ne fait aucun doute, tu manies la langue avec autant de doigté que ton patois, ton clavier nous le montre,bien que pas assez souvent à mon goût, mais entre les kinders, légos, et autres mécanos, tes prolongations articulées doivent êtres occupées. Ne les abime pas et laisse les courir parfois sur ton clavier.

     
    • lavilaine31

      octobre 20, 2011 at 2:06

      Mon cher Pascal, voilà un bien joli compliment que je prends avec tout le bonheur qu’il mérite… Réjouis-toi, en ce moment mes doigts ont la logorrhée, deux autres billets attendent sagement à leur tour d’être publiés ( ils ont pris leur ticket) et j’ai rarement autant écrit sur ce blog que ce mois-ci ! Une telle hyperactivité ne durera pas, du moins, je ne pense pas, alors profite !

       
  2. Nicolas

    octobre 20, 2011 at 2:05

    J’aime beaucoup la couleur ambiguë de ton texte… Mais tu ne donnes qu’un secret sur 2 non ?

     
    • lavilaine31

      octobre 20, 2011 at 2:09

      J’ai choisi de le faire en deux parties, la seconde attend sagement son heure dans l’antre de mon ordinateur (il faut savoir ménager ses lecteurs, deux confessions coup sur coup, ce serait beaucoup).

       
      • Le Gounjou

        octobre 20, 2011 at 3:23

        Quelle maniaque de la rime, tout de même, Madame La Vilaine.

         
        • lavilaine31

          octobre 20, 2011 at 3:25

          Tu crois qu’il faut consulter ?

           
          • Le Gounjou

            octobre 20, 2011 at 3:59

            Je pensais que le théâtre faisait déjà office de thérapeute. Me serais-je trompée ?

             
            • lavilaine31

              octobre 20, 2011 at 4:27

              Non, non, mais comme t’avais l’air de te faire du mouron…

               
              • Le Gounjou

                octobre 21, 2011 at 1:04

                Au contraire, en voyant les rimes, je me suis dit que tu consultais au bon endroit.

                 
  3. Le Gounjou

    octobre 20, 2011 at 3:24

    Ouais, et puis sinon, on peut être une femme de goût ET surkiffer les perceuse-dévisseuse-visseuse-rêveuse.

     
  4. Tonton Singe

    octobre 20, 2011 at 3:28

    Il est bien connu des Artisans,Sculpteurs,Peintres,Pianistes,Soudeurs et Oeuvriers en tous genres(pianoteurs de claviers également) que c’est avec la dextre que l’on ouvre le plus facilement les portes de l’inspiration.Foi de soudeur-tuyauteur en retraite,j’en ai plus appris sur les hommes et le monde en triturant la matière au feu,le regard fixé au cœur de la fusion ,que BHL et Finkelkraut réunis dans leurs vies de Fils aux oeufs. 🙂
    Bricole,La Vilaine,bricole, tes plaisirs inavouables me réjouissent l’âme.

     
    • lavilaine31

      octobre 20, 2011 at 3:34

      Oeuvriers… Ça me laisse toute songeuse, quel bien joli mot Monsieur Tonton Singe… Et quelle joie de vous voir ici. Merci.

       
  5. mrls

    octobre 20, 2011 at 6:00

    Un membre de ma famille me susurre que ça blogorime, ça clavirtuose et ça callisaillie..mais que le ménage n’a pas avancé d’un mouton ni l’évier d’une assiette, vache de vache!
    Le sycophante en question m’étant, à 10 kg près, très proche.. je ne peux que le croire sur parole quand il me dit que sa part a bien été abattue après un effort soutenu de plusieurs tours de d’horloge.. Va Vilaine, cours, vole, since… si possible en tenue légère que son oeil un peu se rince..

     
    • lavilaine31

      octobre 20, 2011 at 6:22

      Sachez Monsieur que non seulement ça blogorime, mais que ça virtuocuisine, retranscrit et facture, tout en même temps… Je sais… C’est beau comme un jour de pluie sans nuage.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :