RSS

Le blog de l’inutile

06 Déc

©La Vilaine -Photo par La Vilaine

Lors d’une anodine et virtuelle conversation entre co-blogueuses, un faquin s’inquiétait que l’une de nous aille à son tour ouvrir un blog. Son trouble était tel (on eut dit qu’elle allait compromettre sa réputation ou perpétrer un méfait des plus irréparables) qu’elle l’interrogea sur les raisons de sa violente réprobation par un simple mais efficace « T’as quoi contre les blogs ? ». La réponse fut tout aussi directe : « c’est une concentration d’inutilité».

Reconnaissons à ce jeune impétueux un certain courage. Venir au milieu de blogueuses leur expliquer que ce qu’elles font n’a pas le moindre intérêt aurait pu lui valoir de se faire arracher la carotide sans autre forme de procès.

Reconnaissons-lui, également, une malice bien campée, car il faut tout de même posséder une sacrée dose d’humour pour nous demander par la suite dans son argumentaire approximatif, ce qui nous motivait à « partager » nos écrits au lieu de les conserver dans un journal intime, alors même qu’il nous questionnait sur Facebook (quintessence du partage d’inutile) et qu’au vu de son profil, il y semblait fort actif.

Mais sa provocation est tombée à plat, sans plus de bruit qu’une feuille de papier toilette dans la cuvette (du moins avec moi, j’ai senti que mon Gounjou bouillonnait de lui démontrer toute l’étendue de son erreur). Car loin de me sentir insultée, j’en ressentis presque une fierté. Oui, sans doute, mon blog est inutile et parfaitement futile. Je l’assume et même, si besoin était, le revendique.

Toute notre vie s’articule autour de l’utile, du productif, du lucratif, tels de petits Charlots des « Temps modernes », nous gesticulons, nous nous agitons, brassant désespérément l’air de nos bras et cherchons à attraper à l’aide des mains qui les prolongent, tout ce qui saurait nous assurer un avenir moins sinistre. Alors, oui, j’aime à penser que j’ai du temps pour le futile et l’inutile, pour l’inepte, l’inconséquent, parce que c’est réjouissant et salvateur dans ce monde où tout se doit d’être fructueux. Parce que c’est rafraîchissant et joyeux, autant que de sauter à pieds joints dans les flaques boueuses, de danser sous la pluie, de plonger tout habillé dans une piscine ou de s’essayer en pleine nuit au trampoline. J’aime à penser que d’autres partagent encore cet amour des petits riens qui ne servent à rien, perdent leur temps en me lisant, et s’arrêtent parfois en plein élan, pour se figer et contempler un rai de lumière dans lequel ils ont cru apercevoir une chimère…

Publicités
 
13 Commentaires

Publié par le décembre 6, 2011 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

13 réponses à “Le blog de l’inutile

  1. Jacques Brévent

    décembre 7, 2011 at 12:42

    Une apologie de la rêverie. Des déclarations à la légèreté, au gratuit.
    Inclination vers la poésie. Respiration, bouffée d’oxygène.
    Point ici de tête encastrée dans le guidon. De visée à court terme.
    De grossièreté façonnée au goût supra-conducteur et maniaque de l’avoir.
    Vilaine
    Émerveillée par une vache, une poule, un oiseau.
    Ancrée en un présent saupoudré d’essentiel.
    Parée du rimmel étoilé, au sein même de tout franc parler.
    Voilà.
    C’est un peu de ce que j’aime chez elle…

    Monsieur le Trublion !

     
    • lavilaine31

      décembre 8, 2011 at 11:20

      Merci Jacques, C’est rudement joli ce que vous m’avez écrit… J’ai beaucoup de chance de compter des lecteurs aussi bienveillants que vous…

       
  2. Stf

    décembre 7, 2011 at 12:45

    J’ai un peu sursauté en début d’article sur le raccourci « inutile » = « inintéressant ». Même si tous deux parfaitement subjectifs, j’ai du mal à les associer… Je combats le second, et suis attentif au temps que je dédie au premier. Apprécier l’inutile n’est il pas un autre propre de l’homme? Même le chat qui se prélasse au soleil le fait pour déclencher la formation de vitamine D sur son pelage qu’il ingérera plus tard par de longues toilettes linguales, n’étant pas capable de la métaboliser lui même. Mais se perdre dans la contemplation d’une oeuvre d’art contemporain, écouter un morceau de Death Metal en jouant de l’air guitar ou savourer la description haute en couleur de notre Vilaine qui massacre une pauvre araignée innocente (;op) ne sert honnêtement à rien, mais certains ne sauraient s’en passer (et je suis coupable des trois!) car à la fin ce qui est important, c’est que nos neurones soient titillés d’une manière ou d’une autre… Je n’aurais donc qu’une réponse à ton faquin, même si un peu mordante: « Euh… Inutile, toi même! »

     
  3. lavilaine31

    décembre 8, 2011 at 11:21

    Merci Stf. J’aurais sans doute aussi du préciser que ce béjaune taquin avait un avis sur les blogs guidé par une certaine ignorance, puisqu’il pensait que TOUS les blogs étaient écrits dans un français bancroche, avec du langage de D’jeun’s à l’intérieur et du kikoulol à gogo. Il est assez dommage de penser qu’il passe à côté de tout un autre pan d’expression (et comme ils sont légion les blogs bien différents du peu qu’il a pu lire !).

     
  4. Le Gounjou

    décembre 10, 2011 at 8:34

    En passant, c’est sympa de me faire de la pub ;). On remerciera le béjaune taquin pour l’inspiration hein.

     
    • lavilaine31

      décembre 10, 2011 at 9:28

      Le remercier ne serait-ce pas le comble de l’inutile ???

       
      • Le Gounjou

        décembre 14, 2011 at 11:19

        Mais grave, c’est la fête à l’inutile !

         
  5. HK

    janvier 9, 2012 at 9:04

    Les blogs sont d’une inutilité navrante.
    Dans un premier temps on peut dire qu’il polluent internet offrant lors de sérieuses recherches googles de nombreux liens stériles de toutes informations un tant sois peu descentes. Ces liens, visités en toute inconscience font perdre le temps des personnes réellement intelligentes qui cherche de vrai réponses à leurs questions et non de futiles élucubrations issues d’un esprit cherchant à attirer l’attention. C’est ainsi clair : les blogs sont une entrave à la culture des beaux esprits.
    Dans un second temps un blog est une perte de temps totale pour l’auteur. En effet celui-ci recherche forcément la notoriété à travers ses élucubrations, ses jugements sur la société. Mais combien d’auteurs on été découvert grâce à un blog ? Aucun. Chercher à attirer l’attention via un blog est quasi pathétique et la seule attention ainsi capté est celle d’esprits pervers avides de voyeurisme, satisfaisant de bas instincts. Sorte de besoin de supériorité vis à vis de son voisin.
    Pour finir en apothéose, les blogeurs sont clairement des êtres frustrés, cherchant constamment à dénigrer telle ou telle chose, telle ou telle catégorie de personnes à travers leurs expérience personnelles (ou non) pensant que le fait de déprécier la société est une preuve d’intelligence alors que cette critique est accessible au premier venu. Le fait de partager leurs critiques leurs fait penser qu’ils sont « utiles », qu’ils rendent service à leurs prochains moins éclairés qu’eux. C’est là une arrogance démesurée qu’il faut absolument dénoncer, c’est certain !

    Les blogeurs, sont des looser, tout comme ceux qui les commentent !

    Et, décidément, auto-dérision, ironie et sarcasme sont les amants qui me procurent le plus de plaisirs !

    « Never kowtow »

    😉

     
    • lavilaine31

      janvier 10, 2012 at 9:59

      Il semblerait que nous ayons les mêmes amants et loin de me rendre jalouse, cette constatation me réjouit.

       
  6. Inspecteur D

    janvier 10, 2012 at 2:54

    Le Docteur Krauss, tenancier du 17 Gürzenichstraße depuis 1962 était assis calmement devant son pupitre d’examen, impassible bien que le cadavre de sa secrétaire reposait tel un linge vitreux à même le sol.
    Harry avait du mal a comprendre comment cet homme d’ordinaire si gentil et estimé par ses pairs
    pouvait maintenir un semblant de calme alors qu’il venait de commettre l’irréparable à l’aide d’un scalpel, d’un oeuf kinder et d’une prothèse mammaire en silicone.
    Néanmoins ce spectacle morbide allait m’entraîner vers une des enquêtes les plus ardues de ma longue carrière, des recoins de la foret noire aux confins de Bègles (j’offre le dit oeuf kinder à celui ou celle qui comprendra), mais c’est une autre histoire que je vous conterai un autre jour pluvieux de janvier.
    Que vos doigts continuent de parcourir avec grâce votre clavier pour nous offrir ces doux extraits aux senteurs anarcho-genevoises qui sont si rafraîchissants… mais d’un autre côté, je ne lis que du Morano alors mon avis…

    Bonne Année, meilleurs vieux, santé, argent, bonheur, et toujours et encore, de l’écrit, du mystère et du triturage de cervelet car rien n’est plus triste qu’un cerveau sans excercice (voir plus haut mes lectures).

    Inspecteur D.

    PS : Mon amie m’a posé une colle qui recquiert une bonne dose d’intellect, peut-être arriverez-vous à trouver la solution ?
    Question : Ziad a deux valises contenant chacune 2 pommes, 1 livre et 33 000 000 d’euros mais le méchant juge lui confisque une valise ! Combien d’argent lui reste-t-il pour inviter Jean-François au restaurant ?

     
  7. Marcorèle

    février 19, 2012 at 3:39

    Il me tarde de relire ta jolie prose en 2012 ! 🙂

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :