Mon arbre, mon être

tout mon être

Elle m’a dit de choisir un arbre, elle m’a dit de ne plus chercher uniquement à marcher, défouler, compenser, vider mais de choisir un arbre et de m’y poser, de m’y reposer.

Elle m’a dit de m’enraciner contre lui, d’y lire ou d’y méditer mais de m’y coller… de m’y installer régulièrement et longtemps.

J’ai erré dans la forêt, j’ai regardé chacun d’eux.

À tous et à chacun d’eux, je leur ai trouvé quelque chose d’attirant, de doux, de respectueux, d’apaisant.

Et puis j’ai vu celui-ci, un hêtre pour un mieux-être. Il avait d’énormes racines, il avait de la mousse épaisse et douce, un tronc large, des branches hautes, tortueuses et nombreuses tendant loin vers le ciel, s’agrippant aux nuages comme un acrobate.

J’ai pensé : c’est lui (mais j’en doutais encore).

Alors je me suis approchée. Alors je l’ai touché. J’ai lentement fait le tour de ce tronc franc et solide mais lacéré de cicatrices, main ouverte contre l’écorce, paume réceptionnant qui sait quoi, qui sait pourquoi, qui sait comment.

J’ai senti des larmes glisser sur mes joues, rouler le long de mon cou.

J’ai enserré l’arbre trop large pour mes bras, j’ai posé ma joue sur sa mousse épaisse, j’ai respiré lentement, observé les mouvements de ma poitrine contre son flanc et j’ai senti des larmes glisser sur mes joues, rouler le long de mon cou.

Elle m’a dit de choisir un arbre… j’ai senti des larmes glisser sur mes joues, rouler le long de mon cou.

Et j’ai compris pourquoi… et j’ai senti des larmes glisser sur mes joues, rouler le long de mon cou.

Tout mon hêtre était là, dans cette forêt, dans ce bois.

10 réflexions au sujet de « Mon arbre, mon être »

  1. Aujourd’hui, dans les villes, ou leurs forêts avoisinantes, on trouve un arbre remarquable. Chez nous c’est un chêne, plusieurs fois centenaire, qui s’il le pouvait, aurait des tas de secrets à raconter. Lui aussi à sûrement eu, à ses pieds ou dans ses bois, des larmes et des émois, de quelques « mal-être », qui sont, je l’espère, repartis apaisés. J’espère que tu vas bien… Bisous.

  2. « ce tronc franc et solide mais lacéré de cicatrices » Je note, surtout, je partage ces larmes, cette émotion à se connecter profondément…Magnifique.

    • Je crois que c’est le meilleur conseil de ces dernières semaines, trouver mon arbre, je crois que c’est la raison pour laquelle il y a eu cette si grande émotion, parce que c’était exactement ce qu’il me fallait, c’était juste.

  3. Ping : Just a perfect day | Littérature et billets d'humeur : Parole de vilaine

  4. Ping : Danser dans la forêt | Littérature et billets d'humeur : Parole de vilaine

  5. Ping : Comme un arbre que les rayons viennent réveiller | Littérature et billets d'humeur : Parole de vilaine

  6. Ping : Tout l’Univers | Littérature et billets d'humeur : Parole de vilaine

  7. Ping : Lettre et le néant | Littérature et billets d'humeur : Parole de vilaine

  8. Ping : Je calme mon coeur aux battements de la sève | Littérature et billets d'humeur : Parole de vilaine

Répondre à lavilaine31 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.