RSS

Et par le feu redémarrer

24 Août

en fumée

J’ai écrit sur un bout de papier tout ce qui appartient à celle du passé.

J’ai posé les mots du passé pour m’en délester.

J’ai pris un briquet et j’ai allumé.

J’ai regardé les feuilles se consumer.

J’ai ritualisé.

J’ai écrit sur un bout de papier ce qui appartient au passé.

Et j’ai laissé brûler.

J’ai laissé brûler ce que je ne suis pas, ce que je ne suis plus.

J’ai nettoyé par le feu, j’ai désinfecté, j’ai calmement cautérisé.

J’ai réduit en fumée les mots d’un passé chargé.

Puis j’ai rendu les cendres à la terre, j’ai redonné à l’univers tout ce qui ne m’appartient plus.

J’ai joint mes mains en coupelle et je me suis avancée.

J’ai pris l’eau et j’ai arrosé.

J’ai arrosé comme on arrose ce que l’on vient de planter, j’ai rincé comme on rince un tissu entaché.

J’ai nourri, j’ai nettoyé.

J’ai arrosé pour que le reste, la vie, le reste de la vie à présent puisse pousser.

J’ai arrosé pour que le présent puisse à la vie pousser.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le août 24, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
%d blogueurs aiment cette page :