RSS

Archives d’Auteur: lavilaine31

Vivement ce soir…

ça attendra

…qu’on se couche.

Tu la connais cette phrase ? Bien sûr que oui, tu la connais et tu te l’es souvent répétée à la suite de certaines journées. Des journées comme celle-ci, où toute taupinière est une montagne, où toute fourmilière est un Everest : montagne de linge, montagne de vaisselle, montagne de paperasse, montagne de bordel, montagne de taf, montagne d’emmerdes. Ah ? Tu la connais cette journée ?

Une journée où tu te demandes bien comment tout caser dans les 1440 minutes qu’elle contient, une journée où tu ne vois plus très bien comment jongler avec toutes ces balles, où tu ne vois plus le bout du chemin, le bout du tunnel de ce Mont Blanc qui te nargue là-bas au loin, une journée qui n’avance pas, une journée qui donne l’impression d’en contenir des milliers et d’accumuler à elle seule un retard que tu mettras des mois à rattraper.

Alors tu n’as plus qu’une envie, en finir avec celle-ci, et tu te dis : « Vivement ce soir qu’on se couche » en espérant demain.

Oui, tu la connais bien cette phrase, lecteur débordé, lecteur fatigué, lecteur surmené et souvent malmené.

Tu la connais bien cette journée, tout le monde la connait.

Laisse-la filer cette journée, laisse-la couler plutôt que de penser qu’elle peut te couler. Prends-la à l’envers sans te la faire à l’envers : lâche-la cette journée, laisse-le cet évier, pose-toi tout-à-trac là où tu es sans plus regarder le merdier, pose ton derrière altier sur le plancher et pense à tout ce que tu as fait avant d’arriver à cette journée.

Revois le chemin avalé, tous les obstacles déjà sautés sans te vautrer, toutes les fois où tu as pensé ne jamais y arriver, toutes les fois où tu avais largement de quoi paniquer.

Tu vois ? Il y en a eu des tas. Des tas de journées bien pires que celle-là.

Tu vois ? Tu es venu à bout de tout ça, tu avais juste oublié.

Elle est petite cette journée, elle ne va rien faire dérailler, ni ton train ni tes rouages, et encore moins ton courage.

Elle est bénie cette journée pour peu que tu cesses de lutter, pour peu que tu l’acceptes comme elle est, que tu ne cherches pas à la dompter et que tu en profites pour regarder. Pour regarder d’où tu viens et tout ce que tu as déjà fait.

Vivement ce soir qu’on se couche, disais-tu ? Non, vivement ce soir qu’on prenne le temps de bien tout regarder.

 

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le mars 20, 2019 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , ,

108 postures de yoga sans lâcher le clavier ni le chat

Envahissement

Voilà, je crois que ce qui me bloquait était aussi simple que ça : une posture. Je choisis le mot posture sans doute à dessein, j’aurais pu écrire « position », « ergonomie », mais c’est « posture » qui a vu le jour d’instinct.

Je travaille à mon domicile, installée (in)confortablement à mon bureau toute la journée, seule devant mon café et parfois sans croiser d’humains durant plusieurs journées. J’en viens à disserter avec mon écran en plus du classique échange verbalo-miaulement avec Monsieur Huxley, chaton de six mois pour le moins envahissant qui voit en mes doigts frappant le clavier autant de raisons de s’amuser.

Le soir, toujours seule devant une soupe grossièrement passée, je peine à redéposer ma carcasse sur mon fauteuil de bureau au skaï ragué-pelé pour écrire, « pour m’y mettre » comme on dit, me replonger dans ce nouveau roman commencé mais dont les finitions sont toujours repoussées pour diverses raisons très valables donc totalement fallacieuses : un boulot à boucler, le ménage qui n’est pas fait, la fatigue accumulée, une copine déprimée qui doit passer, un film que l’on m’a conseillé et, là, ce bouquin qui traîne sur la table basse depuis des semaines et que j’aimerais tellement terminer.

Alors j’ai déposé le bien nommé dossier « écrit » dans son entièreté sur une petite clé USB. J’ai inséré ladite clé dans mon vieil ordinateur portable et mourant, lequel ne conserve de souffle de vie que pour le traitement de texte et encore, à condition de ne pas oublier de le brancher sur son respirateur fait d’électricité, fée électricité (la batterie ayant une autonomie d’une demie seconde à peine). En somme, j’ai une machine à écrire, silencieuse et numérique, rien d’autre, point de réseau social au gouffre temporo-spatial béant, point de messagerie, point de mails de client, rien que du texte en cours de traitement.

Et revenons-en à la posture ou au positionnement. De par cette petite astuce, je remise au placard l’ergonomie du travail nécessaire pour les tâches pécuniaires et peux m’affaler comme il me plait sur mon canapé, mon lit, pieds au mur si ça me chante ou en lotus pour la détente, je peux même revisiter ma pratique yoga en créant une variante qui pourrait se nommer « Cent huit postures de yoga sans lâcher le clavier ».

Reste un problème pour lequel aucune solution n’est à ce jour trouvée : celui du chat. Que je sois à mon bureau ou dans mon canapé, quelle que soit la position adoptée, il vient poser son ronronnement et son corps en pleine croissance sur mes bras ou sur le clavier (quand il ne s’accroche pas à mes clavicules). Peut-être, finalement, devrais-je songer à « Cent huit postures de yoga sans lâcher le clavier ni le chat » ?

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le février 21, 2019 dans littérature

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Comme un arbre que les rayons viennent réveiller

comme un arbre

Tu la sens la chaleur ?

La vie qui remonte lentement depuis tes pieds, le long de tes jambes, s’infiltre dans ton ventre, irrigue tes veines et tes artères ?

Comme un arbre que les rayons du soleil viennent réveiller, la douceur de cette journée vient rallumer tes cellules alourdies par l’hiver.

Sa langue chaude se glisse dans ton dos, tes épaules se détendent, ton plexus s’ouvre, prêt à laisser entrer la joie qui palpite au fond de ton estomac.

Tu la sens cette journée parfaite et son redoux qui enflamme tes joues ?

Aujourd’hui tu fêtes l’amour ou tu ne le fêtes pas.

Tu le fêtes par envie, par conviction ou par un léger sentiment d’obligation.

Tu ne le fêtes pas parce que tu argues que c’est commercial ou que tu n’as pas besoin de ça.

Quel que soit ton choix, tu le sais, c’est , un peu partout, dans la vie, dans TA vie, dans l’infime, dans l’immense comme dans le mini et ce, tous les jours, chaque jour, pas seulement aujourd’hui, pas uniquement dans un « elle » ou dans un « lui ».

Comme un arbre que les rayons du soleil viennent réveiller, tu transformes ce que tu respires, tu inspires à te transformer et rien, absolument rien, ne saurait t’arrêter pourvu que tu y mettes ce que, aujourd’hui, tu fêtes ou ne fêtes pas, selon ton choix.

Belle Saint Valentin, à toi, lecteur.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le février 14, 2019 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , ,

Vise les étoiles

vise les étoiles

Elle a secoué cette année 2018, elle a soufflé, tempêté, mis ta tête en bas et tes pieds en l’air, elle t’a filé le vertige au pied de la falaise, elle t’a poussé, tu as sauté.

Alors, bien sûr, tu n’as pas tout aimé mais elle t’a fait bouger comme jamais, elle t’a fait avancer en bottes de sept lieux, elle a forcé ton corps, ta tête et ton coeur, défoncé tes barrières, explosé tes restes de carapace, KO sur ta terrasse.

Non, tu n’as pas tout aimé, il y a eu de l’inconfortable, des choix difficiles et des conséquences pas plus faciles, des victoires et des échecs, des mouchoirs et des temps secs.

Mais regarde, elle a été belle ton année, elle a été importante, tu as gagné de l’empan, tu as piétiné des peurs, transformé des montagnes en taupinières, tu as fait l’amour et la guerre, tu as tant découvert.

Parce que si c’est facile, parce que si c’est aisé, il n’y rien à en tirer, rien à regarder le jour où tu voudras te retourner sur ton passé pour voir le chemin avalé.

Sois fier de toi et de ton année écoulée. Tu as visé droit, tu as visé juste, là, bien droit dans les bottes de sept lieux dans lesquelles tu nages encore un peu.

Oui, regarde, elle a été belle ton année, elle a nettoyé, réparé, elle t’a apprivoisé. Elle a posé de l’imprévu derrière les arbres, elle t’a appris à ne pas vouloir tout maîtriser, à accepter, à lâcher, à ouvrir ce qui était à triple tour bien verrouillé.

Reste à accueillir 2019, reste à y plonger avec toute la confiance gagnée, avec le coeur encore un peu plus ouvert, avec ce que tu sais que tu es capable de donner.

Vise les étoiles pour ton année, arme-toi de ta sagaie et vise les étoiles, il est probable que tu parviennes à en décrocher…

Bonne année, lecteur.

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 1, 2019 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , ,

Des étoiles et des bras

Il y a des lecteurs que tu voudrais rencontrer juste pour les serrer quelques instants dans tes bras.

Il y a des lecteurs qui laissent des commentaires, des avis, leur ressenti sur ton livre comme d’inestimables cadeaux.

Il y a des lecteurs qui viennent poser des mots sur tes écrits comme d’autres viendraient poser un baiser sur ton front avant de te quitter, un baiser pour t’encourager, un baiser pour te rasséréner.

Il y a des lecteurs qui savent très exactement ce qu’il y a de plus important dans ton roman.

Il y a des lecteurs que tu enrages de ne pouvoir retrouver pour les remercier, pour leur dire comme les quelques phrases qu’ils ont formulées ont mis plus d’étoiles dans ton coeur que les 5 qu’ils ont affichées pour te noter.

Il y a  Nim, aujourd’hui, qui ignorait (comment aurait-elle pu savoir ?) à quel point elle a illuminé ma journée, à quel point j’en avais besoin, à quel point ses mots sont arrivés à l’exact bon moment, juste avant le renoncement.

On ne se connaît pas Nim, je doute de pouvoir un jour te rencontrer mais, les mystères et le pouvoir de la Toile étant parfois surprenants, je veux ici tenter de te dire combien tu m’as touchée ce matin…

« C’est un roman, peut être d’anticipation, ou pas. Qu’importe le contexte, le message que j’y ai lu c’est l’amour d’une mamie pour cette petite fille si attachante et pourtant rejetée de tous. Sauf bien sûr de ceux qui savent. Une histoire presque aussi vieille que le monde. Mais une histoire merveilleusement bien contée, les mots filent ; fluide et bien menée, l’histoire prend forme et sans même s’en rendre compte on arrive au bout, sans se douter de ce qui vient. Il y a beaucoup de poésie dans la relation entre cette grand mère et ses deux petits enfants, entre ce frère et cette sœur. C’est doux et touchant, malgré la violence du contexte et la souffrance infligée. L’auteure se fait discrète, presque cachée derrière son talent. C’est difficile à décrire. En fait, il me semble que ce livre dit ce qu’il fait et qu’il fait ce qu’il est. »

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 30, 2018 dans littérature

 

Le jour où j’ai tué La Vilaine

autodafé

Il est des crimes dont l’on prémédite chaque instant, chaque seconde ou étape, des meurtres que l’on étudie avec soin des mois durant.

Il est des homicides que l’on dit passionnels, que l’on commet dans un accès, de colère ou de passion, des assassinats qui adviennent en un instant.

J’ignore dans laquelle de ces deux caractérisations viendrait se ranger le mien si un Juge venait à se pencher sur le sujet.

Cette nuit-là, je me suis éveillée en sursaut, cette nuit-là, une nuit de rentrée des classes, une nuit difficile, de guerre lasse, c’est dans mon ventre, du fond de mes entrailles qu’est montée l’urgence, qu’est survenue l’évidence.

Cette nuit-là, c’est un étrange sentiment qui m’a levée, une sensation d’inachevé, un de ces trucs indéfinissables qui vous poussent à une recherche introspective parce que, merde, on a beau l’aimer, on a beau lui confier toute sa destinée, s’en remettre sagement à sa volonté, parfois, l’Univers semble nous « la faire à l’envers » et l’on aimerait bien comprendre pourquoi.

Cette nuit-là, je me suis allongée sur ma terrasse, bras ouverts, yeux en l’air et j’ai cherché ce qui pouvait bien être encore de travers, pas tout à fait d’équerre, quel message, quel enseignement m’offrait cette journée sérieusement délétère (je ne te raconte pas, lecteur, mais fais-moi confiance, quand j’évoque une journée en enfer, au vu de mon seuil de tolérance, c’est qu’elle l’est).

Cette nuit-là, j’ai pris le temps d’une petite palabre avec le Grand Tout, l’Univers, la Justice étoilée. Cette nuit-là, j’ai compris que j’avais quelque peu baissé les bras, cessé de pédaler, que mon vélo électrique était bloqué uniquement à cause de moi.

Et tout est venu dans un souffle de vent, un peu mélangé comme le sont les feuilles et la poussière lorsqu’elles sont éparpillées par la tempête : celle qui m’a fait renaître, celui qui a déclaré que tout était à ma portée, une histoire d’empan que je n’avais pas jaugé si grand, de pointes des pieds et de talons déchaussés, les mots de celui qui m’a dit qu’il était grand temps de m’aimer (vu mon âge avancé) un peu plus, un peu mieux.

Et là, l’évidence : il faut tuer, non pas Constance, mais La Vilaine.

Parce que les mots ont un sens, les mots ne sont pas anodins ou légers, les mots peuvent coller, vriller et empêcher, les mots sont lourds de sens et de conséquences, j’ai décidé qu’il était temps de me désolidariser de ce sobriquet, de décoller Audrey de La Vilaine, alors cette dernière, je l’ai tuée, effacée, biffée.

Ne te bile pas, lecteur de mon coeur, le blog ne bougera pas, ni son titre ni le contenu qui s’y déverse à chaque fois, non, c’est juste une question d’identité. Pas plus que je ne suis aujourd’hui Marie-Agnès Dupin, je ne veux encore me définir comme La Vilaine, je ne la renie pas, je ne l’oublie pas, je l’aime encore et je sais pourquoi. Mais aujourd’hui, il est temps, grand temps de cesser de me nommer ainsi.

 

 

 
1 commentaire

Publié par le septembre 8, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , ,

Et par le feu redémarrer

en fumée

J’ai écrit sur un bout de papier tout ce qui appartient à celle du passé.

J’ai posé les mots du passé pour m’en délester.

J’ai pris un briquet et j’ai allumé.

J’ai regardé les feuilles se consumer.

J’ai ritualisé.

J’ai écrit sur un bout de papier ce qui appartient au passé.

Et j’ai laissé brûler.

J’ai laissé brûler ce que je ne suis pas, ce que je ne suis plus.

J’ai nettoyé par le feu, j’ai désinfecté, j’ai calmement cautérisé.

J’ai réduit en fumée les mots d’un passé chargé.

Puis j’ai rendu les cendres à la terre, j’ai redonné à l’univers tout ce qui ne m’appartient plus.

J’ai joint mes mains en coupelle et je me suis avancée.

J’ai pris l’eau et j’ai arrosé.

J’ai arrosé comme on arrose ce que l’on vient de planter, j’ai rincé comme on rince un tissu entaché.

J’ai nourri, j’ai nettoyé.

J’ai arrosé pour que le reste, la vie, le reste de la vie à présent puisse pousser.

J’ai arrosé pour que le présent puisse à la vie pousser.

 
Poster un commentaire

Publié par le août 24, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , ,