RSS

Archives de Tag: chaleur

Chaleur

Chaleur

Brûlante, assaillie par la fièvre, je chauffe le lit…

J’étire mes jambes pour chercher un peu de fraîcheur, je repousse la couette, tout brûle, je pense : « Si je regarde assez attentivement, je devrais apercevoir de la vapeur s’échapper de mes bras ». Je suis un panneau irradiant, une bouillotte, un sauna aux yeux brillants.

Je repense à Joseph Incardona et à son « Chaleur », je me dis qu’il faut t’en parler, lecteur grippé, qu’il te faut découvrir (si ce n’est déjà fait), cet auteur à l’écriture incisive que je t’avais déjà conseillé ici.

Je repense à Niko, Igor et aux cabines chauffées à 110°C. Tout un roman sur un championnat du monde de sauna, mais ce pourrait être n’importe quoi, n’importe quel autre dépassement de soi et de son orgueil. Je me remémore la quatrième de couverture, son dernier paragraphe :

« Aussi dérisoire que soit l’enjeu, au-delà de toute raison, la rivalité peut parfois pousser l’homme à la grandeur. À la fois pathétiques et sublimes, Niko et Igor illustrent avec éclat le désir d’absolu de la nature humaine »

Je me fais un grog, fort, bouillant, je l’avale en grimaçant, je suis mentalement son trajet cuisant le long de mon oesophage.

J’évoque à part moi quatre passages de ce livre qui m’ont marquée aussi sûrement que ce coup de froid marque mon visage de cernes noires :

« À force de règlement, ils mourront en bonne santé. Y aura finalement tellement d’organes à disposition qu’ils les gaspilleront en les donnant à des alcooliques et des psychopathes »

« Alexandra recule. Comme avec toute chose qui fait mal, mais qui vise juste. Elle recule »

« Alexandra acquiesce, elle aussi pourrait mourir ce soir, rien à foutre, mais elle ne le sait pas. Les extrêmes sont si proches qu’ils vont bientôt se toucher »

« Il faut avoir essoré l’âme : levier magique au bout duquel brille le diamant de la bravoure »

Je cale un oreiller contre mon ventre, passe ma cuisse par-dessus l’amas duveteux, pose mon pied contre celui de fer froid du lit, je m’abandonne à la chaleur, je laisse la fièvre faire son oeuvre : nettoyer, essorer…

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le janvier 18, 2018 dans littérature, triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Comme un souffle de vent sur la canicule

Souffle de vent - Photo par La Vilaine

Je ne me contente plus. Longtemps je me suis contentée, et même contentée tout mon content, jusqu’à plus soif, m’estimant bien contente, me complaisant dans mon contentement, me martelant le cervelet de mantras de joie, de youpitralala, me chantant intérieurement le bonheur d’être contente.

Est-ce les prémices du vieillissement ? Est-ce le début d’un grand chamboulement ? Est-ce l’ombre de Marie-Agnès qui pèse de tout son poids (ceux qui n’ont pas lu mes nouvelles, se mordent les doigts !..) ?

Je veux plus qu’un contentement, je veux prendre et le faire pleinement…

Comme un souffle de vent sur la canicule, un souffle de vie souffle sur votre Vilenie. Observez bien, et contemplez, chaque brin d’herbe soudain ranimé, après des jours de touffeur extérieure, où la nature semblait manquer d’air, où l’oxygène s’était raréfié…

Doucement d’abord, une légère brise, un changement imperceptible. Puis elle monte, elle prend corps, soulève la robe, se joue de votre mise, vous enveloppe, pénètre sous vos vêtements. On ouvre les portes contre lesquelles elle tambourine, on la laisse entrer, on accepte qu’elle pousse les rideaux, claque les volets, branle les branches…

On la respire, on l’absorbe, on l’écoute pour un moment. Puis elle devient vent violent, menace de renverser des objets, de briser quelques effets ! On recule, on hésite, on pousse sur les fenêtres, on se ravise, et l’on comprend ! Et l’on prend ! Alors s’ouvre un monde, une vie, une gourmandise, on apprend à aimer ce vent. Et malgré la peur de s’envoler, on approche la main courante, on la saisit et on l’enjambe, pour se laisser emporter sans trop savoir où le vent va nous mener…

 
7 Commentaires

Publié par le août 23, 2011 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Au théâtre ce soir…

Les enfants courent à petits pas nus sur le carrelage, goûtant la seule source de fraîcheur dans la lourdeur de la soirée, le clapotis de leurs pieds mignons à peine masqué par la voix chuchotée de leur mère. La journée a été rude et pesante, pas un brin d’herbe n’a frémit, même les oiseaux se sont tus comme harassés eux aussi par le ciel accablant.

Petite fille au doudou Infographie par La Vilaine

Petite fille au doudou Infographie par La Vilaine

Le doudou sous le bras, le pouce dans la bouche, traînant de petites couvertures toutes douces pour créer un petit coin douillet sur les coussins déjà amoncelés sur le sol, les petits s’installent frénétiquement, cherchant un peu ensommeillés la meilleure place pour le spectacle promis. Les voilà attentifs, tous sens en éveil, les yeux écarquillés, guettant devant la baie vitrée le signal du lever de rideau. Car ce soir, nul livre, nul programme télévisé ne saurait rivaliser avec la magie qui se prépare, car ce soir c’est une représentation unique, les marmots vont au théâtre ce soir. Ils ont veillé pour attendre la nuit, ils ne trouvaient de toute façon pas le sommeil dans la moiteur des draps, tournant et se retournant dans leurs petits lits à barreaux, sortant une jambe, un bras pour tâter un peu d’air, chouinant à moitié jusqu’à ce que Maman vienne les délivrer de leur prison de touffeur.

Mais voilà que les martinets se taisent, leurs cris ne percent plus le ciel, signe incontournable que tout va commencer, on éteint toutes les lumières, on se pelotonne les uns contre les autres, on grignote des petits gâteaux.

Leur mère les fait taire, il faut écouter et regarder. Le premier éclair déchire le ciel, les ineffables lumières révèlent les nuages dissimulés par la nuit, la marmaille retient son souffle et guette d’un oeil brillant le regard de Maman. D’un sourire elle les rassure, oui, le spectacle a commencé, écoutons à présent le roulement du tonnerre. Mais il faut compter, mes chéris, compter les secondes entre éclair et tonnerre et vous saurez à quel endroit il est.

Et dans le noir le plus total, attendre à présent les premières gouttes de pluie salvatrice qui de quelques unes deviendront plusieurs, puis grosses, puis le déluge qui fera trembler le toit de la véranda dans un bruit assourdissant de tam-tam. Guidée par leur mère, la marmaille applaudira, sautera, dansera pour célébrer comme il se doit la féerie de la vie.

Enfin, l’orage s’en ira, la mère ouvrira toute grande la baie vitrée pour faire entrer le frais, l’odeur de l’herbe rincée par la pluie et de toutes les fleurs qui par la magie de cette ondée exhaleront leurs parfums comme à nul autre moment.

Share

 
4 Commentaires

Publié par le mai 25, 2009 dans Vilaine histoire

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,