RSS

Archives de Tag: genève

Tous les matins du monde

Tous les matins de mon monde

On a recommencé.

On a recommencé parce que la folie ça s’entretient, parce que l’on doit aller chercher la magie dans le quotidien, qu’il n’est pas question d’attendre qu’elle vienne nous chercher par la main.

On a recommencé.

On a recommencé et j’ai pensé que ce serait plus aisé, que le réveil serait encore plus léger, que ça piquerait chaque jour un peu moins.

On était plus nombreuses, mais ce matin ce n’est pas de nous que je vais te parler, lecteur, pas d’elles, pas de mes soeurs de coeur, je l’ai fait hier et leur ai redit mon bonheur aujourd’hui.

Non, je vais te parler de cette arrivée en ville alors qu’il fait encore nuit.

Je vais te parler du silence que brisent à peine nos voix, du parcours sur le pont qui mène à leur voix, à eux, à celles des artistes venus encore plus tôt que nous pour célébrer le soleil devant un parterre de cygnes endormis.

Je vais te parler de la beauté de découvrir leur silhouette à mesure que le jour se lève sur leurs mesures, de distinguer chaque minute un peu mieux leurs traits et les traits de leurs accords, de voir les oiseaux s’éveiller sur le rythme doux de leurs envolées.

Je vais te dire combien les spectateurs s’arrêtent de respirer quand les musiciens marquent une respiration.

Je vais te conter ce mélange incroyable du piano de Joanna Goodale et de la kora de Sankoum Cissokho, de l’harmonie parfaite de leurs voix, des rayons du soleil en équilibre sur la partition, de cet astre majestueux entre les pieds du piano comme une apparition .

Oui, on a recommencé, on est revenu aux bains des Paquis pour une nouvelle Aube Musicale, et je crois bien que je pourrais démarrer de cette manière-là tous les matins de mon monde.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le août 10, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Âm(i)es

Aubes Musicales – Joanna Goodale

4h30, une part en moi me susurre qu’il faut être un peu dingue pour se lever aussi tôt que ça… Tandis que tout le monde dort parce que la chaleur n’est plus là, tandis que mon corps dort encore et que mon coeur n’est pas tout à fait là, j’ouvre un oeil et j’étire mes bras.

4h30, autant dire potron-minet et même un peu plus tôt que ça.

4h30, une heure qui n’existe presque pas.

Mais je sais où l’on va et je sais avec qui et pourquoi : je revois ce dernier dimanche de canicule où l’on a célébré notre féminité, où l’on s’est gommées et enveloppées, où l’on a pris du temps pour parler et se coller-serrer. Je revois la simplicité et le bonheur qui nous ont toutes les trois animées, les rires et la douceur de leurs si nombreux sourires, je revois les gestes esquissés, ritualisés et j’entends à nouveau les mots échangés.

4h31, comme un coup de pied au derrière, je me lève aussitôt. La motivation est là, aucune envie de retour en arrière, j’abandonne mon lit pour les retrouver, partager, s’offrir un moment de grâce comme d’autres, les soirs d’été, dégustent une glace sur les quais.

Une minute, il m’aura fallu tout juste une minute pour oublier la fatigue, pour que la joie de partager un concert sur le lac au lever du soleil la boute hors de moi, la remplace par petites touches lumineuses avant de prendre toute la place.. Une minute, il m’aura fallu tout juste une minute pour apprécier de me lever aussi tôt.

Parce que ce sont elles, parce qu’elles sont des amies, elles sont des femmes, elles sont ça et bien plus à la fois.

Elles sont des ailes sur mes pas, la légèreté et la profondeur du mouvement, elles sont mes piliers dans les tourments, elles sont la douceur, elles sont l’absence de jugement, elles me rendent meilleure, m’aident à aller de l’avant, elles sont des âmes resplendissantes et réjouissantes.

Elles sont des femmes, elles sont de belles âmes, elles sont mes âm(i)es, elles sont à la fois le soleil et la beauté de la nuit.

Et la promesse est tenue, la magie est là, le soleil se lève sur les airs pianotés par Joanna Goodale. Les oiseaux se joignent au concert, les abeilles taquinent la pianiste pour s’allier à cet univers-là. La promesse de l’aube, c’est bel et bien ça.

 

 

 
1 commentaire

Publié par le août 9, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , ,