RSS

Archives de Tag: livre

La petite mécanique

Et se laisser dériver

Hier, j’aurais soulevé des montagnes, aujourd’hui je peine à me soulever.

Va la comprendre, lecteur survolté, la petite mécanique énergétique qui nous habite.

Alors on cherche comme si on y était obligé. Oui, on cherche, on enquête, on introspecte, d’où vient la fuite ? d’où vient la perte ?

On réfléchit en PPP*, on intellectualise, on mentalise en PPC**.

C’est la faute aux trois nuits hachées, celles où se sont glissées des petits pieds doux et légers aux coups de tête bulldozers, aux bras toile d’araignée qui viennent se poser sur un visage non reposé ?

C’est la faute à ce virus qui te transforme en Chloé ?

C’est la faute à la lune, nouvelle et belle à se coucher sous elle ?

C’est la faute au téléphone rendu muet, ça décompresse, ça relâche enfin, ça décompense, une suroxygénisation ?

Hier, j’aurais soulevé des montagnes, aujourd’hui je peine à me soulever.

Faut-il la comprendre, lecteur surexcité, la petite mécanique énergétique qui nous habite ? Ne vaut-il mieux pas l’accepter ?

Ne crois-tu pas, lecteur soudainement épuisé, qu’il te faut l’accueillir, qu’il te faut la cueillir ta petite mécanique avec ses coups d’éclat, ses coups de mou, ses coups de fracas.

Ne penses-tu pas qu’il est plus sage de l’aimer à peu près autant que celle qui te rend tout sautillant ? Et même (soyons fous, soyons grands), de lui trouver une belle utilité ? Celle d’aller regarder en-dedans, tu sais, là où tu évites d’aller ordinairement, parce que c’est un tabouret inconfortable et que tu préfères te caler bien profondément dans le vieux canapé mouf-mouf, celui tout mou dans lequel on peut se lover des heures durant sans ressentir la moindre tension musculaire ?

Hier, j’aurais soulevé des montagnes, aujourd’hui je peine à me soulever… alors j’en profite : inconfort pour inconfort, je vais regarder en-dedans.

 

 

 

*PPP : Position Parallèle au Plafond

**PPC : Position Parallèle au Ciel

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le juin 9, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Danser la vie

Salomé

Il y a toujours un moment, où elle m’appelle.

Il y a toujours un moment où, le trop plein, le quotidien, la morosité, appelez ça comme vous voudrez, ce diable qui vous attrape par les chevilles et tente de vous entraîner là, au fond, tout au fond, aux tréfonds, un moment où ce diable fait face à elle, à ce moment où elle m’appelle.

Il y a toujours un moment où je sais, un moment où je sais et où je sens sa force, son pouvoir de résilience, sa lumière, sa transe, au moment où elle m’appelle.

Il y a toujours un moment où elle dépose un frisson, un frisson à mes pieds, un doux frisson qu’elle fait remonter autour des malléoles comme un baiser papillon, un imperceptible frisson, ce moment où elle m’appelle.

Il y a toujours un moment où je sais, un moment où je sens.

Il y a toujours un moment où elle enserre mes mollets de ses doigts longs, taquine mes genoux comme pour en tester les réflexes rendus mous, avant de se faufiler un peu partout et jusque dans mon cou, c’est maintenant, c’est ce moment où elle m’appelle.

Il y a toujours un moment où je sais, où je sens plus violemment.

Il y a toujours un moment où dans mon ventre, dans mon bassin, dans mon dos, dans mes jambes, elle se glisse comme dans une antre, ce moment où elle m’appelle et me chuchote à l’oreille :

« Danse, danse, ici, là, maintenant et n’importe quand mais surtout danse immédiatement. Danse, lâche les cheveux, lâche les chevaux, danse, danse, car c’est ainsi que tu panses, c’est ainsi que tu penses. »

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 16, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Entre les côtes qui naviguent

Juste là…

C’est là.

C’est infime et énorme à la fois, c’est là. Juste là, entre les côtes qui naviguent, entre la côte qui s’abime et se déplace en frappant la poitrine.

C’est là.

C’est effrayant et grisant, ça porte le nom du changement.

C’est là.

C’est un vertige qui balaye des ruines et des vestiges, qui nettoie, restaure et nourrit, c’est une transmutation qui ne dit pas son nom.

C’est là.

C’est au départ angoissant et étourdissant.

C’est là.

Et puis se réveiller un matin et s’apercevoir que la peur s’en est allée, avec le dernier rêve, sur la pointe des pieds dès potron-minet.

C’est là.

Et c’est devenu léger… Léger comme le sommeil retrouvé.

C’est là, entre les côtes qui naviguent, bien à l’abri derrière le sternum, ça berce les vertèbres et étire les lèvres en sourire.

C’est là.

C’est la certitude et la confiance, c’est quatre mots simples et lourds de sens : « Maintenant, tout ira bien« .

 
1 commentaire

Publié par le mai 4, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , ,

Présent !

Merci !

Tu as répondu présent, lecteur assidu, tu étais là, dans cette petite bibliothèque où l’on est rapidement à l’étroit dès que l’on est plus de trois.

Tu es venu à vingt, un chiffre qui rime avec ce que j’aime bien partager pour dire mon amitié.

Je pensais que tu m’aurais empruntée dans cette bibliothèque, alors je n’avais pas prévu de venir avec un gros stock de moi. Je pensais qu’au mieux, tu aurais déjà ton exemplaire sous le bras mais ce n’était pas le cas. Tu m’as dévalisée, tu m’as émue et dévalisée avec ton attention toute attentionnée, tes questions toutes préparées de frais (aussi frais que les chouquettes délicatement posées sur la table autour de laquelle nous avons conversé), tes regards tantôt émotionnés, tantôt amusés.

Ah tu peux te vanter, lecteur, de m’avoir prise par surprise en une seule et unique prise !

Tu étais jeune, tu étais vieux, tu as voulu les fleurs et Marie-Agnès Dupin, tu as voulu savoir laquelle j’étais, tu as vite compris que j’étais toutes et aucune à la fois, rien et personne tout comme toi, moi qui ne suis rien sans toi, sans tes yeux pour me lire, sans tes mots pour me partager, sans tes doigts pour m’agrémenter de ton avis en mode public et « virtualisé ».

et merci !

Alors laisse-moi te remercier, lecteur qui répondu présent à vingt comme si tu étais cent, laisse-moi te dire qu’ensuite j’ai dansé toute la journée seule dans mon appartement, parce que je crois que je ne m’y ferais jamais, je ne me lasserais jamais de te raconter ce que j’ai dans le coeur, dans la tête, que je ne serais jamais blasée de jacasser avec toi, jamais fatiguée de t’écouter ME raconter par ton prisme à toi.

Je te dirais bien trois mots mais je crois que c’est un peu tôt (attendons le quatrième rendez-vous, ce sera moins fou-fou) et puis, tu le sais (ou pas, d’ailleurs), j’ai ma pudeur même si elle est souvent bien planquée derrière mon air rieur.

Alors je te dis juste :

Merci…

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 4, 2018 dans littérature

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Nouvelle lune

Suivre son chemin

Je sais, lecteur terre à terre, en lisant ce titre, tu hausses du sourcil, pince de la bouche, tripatouille ta moustache (si tu en possèdes une, sans quoi peut-être tricotes-tu de la mèche de cheveux s’il t’en reste un peu), tu protestes, je t’entends presque :  » Encore un billet lunaire, est-ce une obsession ? Une monomanie ? Un manque d’inspiration ? » et je ne peux te donner tort mais, vois-tu (du moins lis-tu), je suis sensible à la lune et cette dernière m’envoie régulièrement en l’air à coups d’insomnies et de portes défoncées comme par des courants d’air en mode tsunami.

Alors forcément, ça grignote un peu de place dans mon espace cérébral et puisque j’en renverse la moitié ici (de mes tergiversations cérébrales, pour le reste, je prends garde à laisser le lieu aussi propret que quand j’y suis entrée), conséquemment, ça produit du billet sur le sujet.

Bref, je suis sensible à la lune et celle-ci, la nouvelle, devrais-je dire la DERNIÈRE nouvelle lune promettait du chambardement à te mettre par terre et comme je n’étais plus à un petit chamboulement près, je me suis dit « Ok, on y est ». Je sais, lecteur sage du coeur, j’ai une part naïve… Par « on y est », je pensais vraiment que j’y étais et même en plein dedans, j’aurais dû mieux lire la mise en garde et les effets secondaires désirables ou non.

Cette dernière nouvelle lune, celle du 16 avril pour être précise (vérifie ton agenda et réfléchis bien aux vingt-quatre/quarante-huit heures qui ont suivi… précédé ET suivi), voici donc ce qu’elle nous promettait : « Cette nouvelle lune nous emmène sur les sentiers de l’accomplissement, de l’action, de la mise en route. Vous n’étiez pas prêt ? Alors accrochez-vous, car tout va tourbillonner autour de vous, et vite » (pas besoin d’explication de texte jusque là, en gros, ça va envoyer du bois) et en effet, lecteur, ta Vilaine, telle Dorothy, a été soufflée par une tornade avant de retomber en plein champ, nattes défaites, robe retroussée. 

Passée la torpeur et une fois le reptilien remis en veille, telle Dorothy (encore), j’ai choisi de suivre la route de briques jaunes en sautillant (reste tout de même à acheter les chaussures rubis, en revanche, je vais éviter la robe bleu à petit col blanc, laquelle, à mon âge, serait un délire un peu déviant) car, vois-tu (enfin lis-tu), deux options existent face aux perturbations atmosphériques (et périphériques), fermer les yeux, résister et s’interroger ou… les écarquiller tout grands et se laisser porter, abandonner toute résistance, offrir à l’Univers sa confiance, saisir ce que le chemin dépose devant soi, bras, jambes et coeur ouverts, tête en arrière pour recevoir un peu de cette poussière que l’on dit d’étoiles.

Et tant pis si ça ne faisait en rien partie du plan.

Et tant mieux si ça ne faisait en rien partie du plan.

Il se pourrait bien que le cadeau ne soit pas seulement au bout du chemin…

Il se pourrait bien que le chemin aussi soit le cadeau.

 

 
2 Commentaires

Publié par le avril 26, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Le lapin

il manque le renard…

Il était là, au milieu du couloir à attendre l’ascensionnel à boutons, du bouton pour se donner l’impression d’une action.

Je ne l’ai pas vu immédiatement, nez dans le courrier, clés en mains, prête à dégainer pour retrouver le nouveau chez moi, je n’ai pas regardé autour de moi.

C’est son « Bonjour » tonitruant et l’odeur de tabac froid qui m’ont sortie de mes rêveries cadenassées. Et là, il a enchaîné. Était-ce moi qui avais emménagé juste là (notons que mes clés quasi dans la serrure laissaient tout de même peu de doutes sur ma réponse) ? Oui, c’est bien moi.

Avais-je besoin de quoi que ce soit ? Bricolage ? Meubles ? Electroménager ?

Non, je suis si bien entourée, le four est aussi chaud que l’amitié dont je peux me targuer. Pour bricoler, je sais plutôt bien me débrouiller, merci, c’est gentil mais je ferai sans.

Avais-je pris l’un de ces garages optionnellement fournis avec le logement ?

Non, je n’ai pas de voiture, quant au permis, c’est en suspens.

Oh ? s’est-il étonné… C’est embêtant.

J’ai agité mes clés vers la serrure, pensant l’entretien terminé.

Il a poursuivi…

Un garage, lui, il en avait un, un bien, un correct, un standard, dont il était content. Le souci, c’était sa voiture… Une voiture de collection pour laquelle (à vue de nez) il manquait bien quatre-vingt centimètres pour qu’elle puisse entrer parfaitement. Pas grand chose, en somme, mais assez pour qu’il cherche un endroit où la caser. Paraîtrait que certains garages sont plus grands, pas de grand chose mais ça pourrait bien la caser et résoudre cette histoire de centimètres en trop… Voyez ? Et est-ce que j’étais bien certaine de ne pas vouloir une glacière de voiture, d’ailleurs ?

Bah oui, certaine, rapport au fait que je n’ai ni permis, ni voiture, mais merci.

Certaine aussi pour les petits travaux, le bricolage ? De l’aide pour monter des meubles ? Surtout, ce serait bête d’hésiter.

Bien gentil, merci, mais je sais me débrouiller et j’adore en baver avec des vis en moins sur les meubles Ikea.

Alors il a insisté sur sa voiture, la taille, la porte du garage qui ne ferme pas, le problème de taille, quoi…

J’ai dit que je comprenais bien le souci qui le préoccupait, j’ai mordu mes joues, j’ai retenu de toutes mes forces l’histoire Québécoise du lapin et du renard (si tu ne la connais pas, lecteur de mon coeur, je te la résume rapidement : un lapin tombe dans un lac gelé, le renard ayant une longue queue le sort aisément du pétrin; plus tard le renard tombe à son tour dans le lac gelé, le lapin, ayant une toute petite queue, revient avec une grosse voiture pour sauver le renard du pétrin… la moralité ? Tu l’auras devinée par toi-même…), j’ai souhaité une bonne soirée, j’ai filé devancée par mes clés…

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 11, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , ,

Livre sacré

Marquons

Elle est venue boire un café, discuter de mon intervention dans sa bibliothèque autour d’une boisson chaude et de chocolats…

Elle a foncé droit vers le meuble où était la correspondance de Camus et Casarès, dédaignant la tasse posée sur la table à manger. Elle m’a dit « Alors, c’est donc ça ? » et a entrepris de le feuilleter, lunettes sur le bout de son nez, l’air inspiré.

La seconde d’après, elle s’est tournée vers moi, livre (pavé) à la main et a plongé son regard dans le mien. Un regard mi-courroucé, mi-amusé. Elle a lâché le bouquin sur la table, juste à côté de sa tasse de café fumante, sans me lâcher de ses grands yeux bleu clair.

Elle a dit : « Tu cornes les pages ?! »…

J’ai souri.

« Oui, je corne les pages… »

Elle a tenté un sourcil froncé. J’ai interrompu la flexion et sa réflexion pour en ajouter : « Et tu as vu, j’annote… Je souligne, j’annote, je surligne, j’émarge et oui, je corne ».

Comme une institutrice qui cherche à sermonner gentiment sa jeune élève, elle s’est approchée de moi pour m’expliquer que non, décidément, on ne pouvait pas faire ça, qu’il fallait traiter les livres respectueusement.

Je lui ai répondu que j’aimais y replonger pour retrouver un passage, une phrase, un mot… Que parfois, que souvent, je m’en souvenais en substance mais qu’en les marquant directement dedans, je pouvais reprendre en un clin d’oeil une citation, un bouleversement dans lequel à nouveau m’envelopper pour un instant. Je lui ai raconté le plaisir de découvrir dans des livres ayant appartenus à ma grand-mère, ses annotations, de lire à travers les pages ce qui l’avait marquée et qu’elle avait, conséquemment, marqué directement dedans, combien on apprenait ainsi de bien jolies choses sur les gens.

Elle m’a dit qu’elle avait acheté un petit carnet pour épargner les pages des livres et recopier ce qui l’avait touchée dedans, elle m’a dit que je pourrais en faire autant.

Elle a bu son café et m’a à nouveau regardée en feuilletant le livre distraitement. Elle s’est arrêtée sur une page, sur mon passage. Elle a vu ce que j’avais vu, lu ce que j’avais aimé. Elle a eu un sourire d’une infinie douceur en le découvrant, en me découvrant…

Et puis elle baissé la tête et m’a avoué, à regrets, n’avoir finalement jamais pris le temps de noter quoi que ce soit dans son petit carnet prévu pour ça.

 
2 Commentaires

Publié par le février 2, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , , ,