RSS

Archives de Tag: lune

Tout l’Univers

Tout ce que je te dois

Il y a ces mots trop petits pour contenir tout ce que l’on veut dire, ces mots pourtant jolis, inventés tout exprès mais qui ne sauraient englober toute l’étendue de nos pensées.

Il y a ces gestes minuscules qui contiennent des univers entiers. Il y a l’eau froide versée dans le café.

Il y a cet arbre vers lequel on retourne se poser, il y a la mousse et l’ail des ours.

Il y a les mots que l’on n’a plus besoin de dire, les phrases que l’on n’a plus à finir.

Il y a la musique du matin au soir, il y a les n’importe quoi dans lesquels on s’élance avec joie.

Il y a le matelas au milieu du salon, il y a les volets clos pour de bon.

Il y a les mots, il y en a tout un flot.

Il y a les danses, il y a les bols, il y a leur son.

Il y a a les goûters de minuit, il y a les rires au milieu de la nuit.

Il y a ce besoin de rituels, de pleine lune et de nouvelle.

Il y a tout ce qui n’existait pas.

Il y a tout ce que je suis multiplié par lui.

Il y a tout ce que je dois à l’Univers et moi.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le juin 9, 2019 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Nouvelle lune

Suivre son chemin

Je sais, lecteur terre à terre, en lisant ce titre, tu hausses du sourcil, pince de la bouche, tripatouille ta moustache (si tu en possèdes une, sans quoi peut-être tricotes-tu de la mèche de cheveux s’il t’en reste un peu), tu protestes, je t’entends presque :  » Encore un billet lunaire, est-ce une obsession ? Une monomanie ? Un manque d’inspiration ? » et je ne peux te donner tort mais, vois-tu (du moins lis-tu), je suis sensible à la lune et cette dernière m’envoie régulièrement en l’air à coups d’insomnies et de portes défoncées comme par des courants d’air en mode tsunami.

Alors forcément, ça grignote un peu de place dans mon espace cérébral et puisque j’en renverse la moitié ici (de mes tergiversations cérébrales, pour le reste, je prends garde à laisser le lieu aussi propret que quand j’y suis entrée), conséquemment, ça produit du billet sur le sujet.

Bref, je suis sensible à la lune et celle-ci, la nouvelle, devrais-je dire la DERNIÈRE nouvelle lune promettait du chambardement à te mettre par terre et comme je n’étais plus à un petit chamboulement près, je me suis dit « Ok, on y est ». Je sais, lecteur sage du coeur, j’ai une part naïve… Par « on y est », je pensais vraiment que j’y étais et même en plein dedans, j’aurais dû mieux lire la mise en garde et les effets secondaires désirables ou non.

Cette dernière nouvelle lune, celle du 16 avril pour être précise (vérifie ton agenda et réfléchis bien aux vingt-quatre/quarante-huit heures qui ont suivi… précédé ET suivi), voici donc ce qu’elle nous promettait : « Cette nouvelle lune nous emmène sur les sentiers de l’accomplissement, de l’action, de la mise en route. Vous n’étiez pas prêt ? Alors accrochez-vous, car tout va tourbillonner autour de vous, et vite » (pas besoin d’explication de texte jusque là, en gros, ça va envoyer du bois) et en effet, lecteur, ta Vilaine, telle Dorothy, a été soufflée par une tornade avant de retomber en plein champ, nattes défaites, robe retroussée. 

Passée la torpeur et une fois le reptilien remis en veille, telle Dorothy (encore), j’ai choisi de suivre la route de briques jaunes en sautillant (reste tout de même à acheter les chaussures rubis, en revanche, je vais éviter la robe bleu à petit col blanc, laquelle, à mon âge, serait un délire un peu déviant) car, vois-tu (enfin lis-tu), deux options existent face aux perturbations atmosphériques (et périphériques), fermer les yeux, résister et s’interroger ou… les écarquiller tout grands et se laisser porter, abandonner toute résistance, offrir à l’Univers sa confiance, saisir ce que le chemin dépose devant soi, bras, jambes et coeur ouverts, tête en arrière pour recevoir un peu de cette poussière que l’on dit d’étoiles.

Et tant pis si ça ne faisait en rien partie du plan.

Et tant mieux si ça ne faisait en rien partie du plan.

Il se pourrait bien que le cadeau ne soit pas seulement au bout du chemin…

Il se pourrait bien que le chemin aussi soit le cadeau.

 

 
4 Commentaires

Publié par le avril 26, 2018 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,