RSS

Archives de Tag: paul auster

Amen

©LaVilaine

Cette nuit, j’ai rêvé que mon père était Dieu. Oui… Dieu venait me voir pour me l’annoncer, il ajoutait que j’étais le nouveau Messie et tout le monde autour de moi semblait trouver ça parfaitement normal… Tout le monde, sauf moi.

Le rêve en lui-même était assez joli, avec de beaux effets spéciaux à base de nuages qui s’écartent pour laisser apparaître Dieu et deux potes à lui (aucune idée de qui), qui du haut de son ciel-fenêtre, m’annonçait la « bonne » nouvelle…

Te rends-tu compte de l’outrecuidance de mon inconscient ? Non ? Moi, oui. Je me suis donc empressée de l’interroger sur le sujet, dès potron-minet et assez rudement : « C’est quoi le message au juste ? lui ai-je demandé à cet orgueilleux inconscient. Un hommage à Paul Auster ? Tu me la fais à l’envers ? Tu sais bien que je suis athée ! »

D’ailleurs, dans mon rêve, ce qui m’étonnait plus encore que mes nouvelles responsabilités de Messie, c’était bel et bien que Dieu existât. Comment diable (oups !) allais-je convaincre qui que ce soit de croire en moi, alors que moi-même je n’y croyais pas ?

Ah ! Bah voilà ! Le message est peut-être bien là et comme l’a dit une amie « Mais Si ! » Comprendra qui pourra (et là, oui, c’est un hommage conscient à Bobby)…

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le mai 26, 2017 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

La cité de verre – Paul Auster (livre audio)

La cité de verre - Paul Auster (livre audio)

Ce n’est pas la première fois que j’explore les livres audio. Lorsque je menais encore une vie parisienne, je ne pouvais envisager mon heure et demi de trajet pour me rendre au bureau sans lire, sans quoi, j’avais l’impression de perdre un temps précieux (même si l’observation des voyageurs m’a bien souvent offert une inspiration non négligeable pour les billets de mon blog).

Les jours de grève, alors que collée contre la vitre du train, écrasée par la foule des voyageurs, il n’était même pas envisageable de parvenir à sortir un bras pour replacer une mèche de cheveux venue chatouiller mon nez, j’étais privée de lecture et bien frustrée par cette privation. Jusqu’au jour où, ayant offert des livres audio à ma grand-mère dont la vue baissait, l’idée m’est venue d’en déposer sur mon lecteur mp3 et c’est ainsi que j’ai commencé à «lire en écoutant», et à m’offrir une bulle de détente, bien isolée des grognements des usagers coléreux.

C’est pourquoi, lorsque les agents-littéraires.fr m’ont proposé «la cité de verre» en livre audio, j’ai immédiatement accepté. Ce premier volet de la Trilogie New-Yorkaise de Paul Auster est un texte perturbant, qui explore l’acquis, l’inné, les troubles psychologiques liés à l’éducation et nous apprend beaucoup sur les expériences qui ont pu être menées sur des enfants pour façonner leur cerveau. C’est, bien évidemment, toute cette partie qui m’a le plus intéressée et interpellée. Pour le reste, c’est du Paul Auster et ceux qui l’aiment y retrouveront tout son art.

Concernant le format en lui-même, j’avoue avoir été un peu déçue. Si la qualité d’enregistrement est parfaite, le narrateur n’est que trop peu investi à mon goût, le ton est assez monocorde et les césures inappropriées. On ne peut lui ôter le fait qu’il s’applique, que sa voix est agréable, que la diction est impeccable et qu’il n’y a pas, à un seul moment, un mot qui puisse être incompris. Cependant on aimerait l’entendre «se charger» davantage (comme on dit au théâtre), changer de rythme, d’intonations selon qu’il lit un passage de pure narration ou des dialogues, selon les personnages à qui il prête sa voix. On souhaiterait qu’il «joue» vraiment, aussi bien au sens théâtral du terme qu’au sens émotionnel : qu’il s’amuse !

C’est donc une expérience mitigée pour ce livre-ci, mais je reste convaincue par le bonheur de lecture que peut procurer un livre audio, par l’atmosphère toute particulière dans laquelle il peut nous plonger, nous couper du monde pour quelques heures. Et pour peu que la voix soit belle, le comédien investi, on replonge dans ce moment de grâce, où, enfant, on se laissait bercer par la voix du conteur qui nous invitait au repos.

Je recommande donc chaleureusement à celui qui n’a jamais chaussé des écouteurs pour «entendre» un livre, de tenter cette expérience relaxante.

(Par ailleurs, votre Vilaine cherche actuellement à mettre ses nouvelles sous ce format, je ne manquerai pas de vous tenir informés dès que cela sera fait, et suis prête à étudier toutes vos propositions ou suggestions sur ce sujet).

 
4 Commentaires

Publié par le juillet 24, 2011 dans littérature

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,