RSS

Archives de Tag: se contenter de peu

Comme un souffle de vent sur la canicule

Souffle de vent - Photo par La Vilaine

Je ne me contente plus. Longtemps je me suis contentée, et même contentée tout mon content, jusqu’à plus soif, m’estimant bien contente, me complaisant dans mon contentement, me martelant le cervelet de mantras de joie, de youpitralala, me chantant intérieurement le bonheur d’être contente.

Est-ce les prémices du vieillissement ? Est-ce le début d’un grand chamboulement ? Est-ce l’ombre de Marie-Agnès qui pèse de tout son poids (ceux qui n’ont pas lu mes nouvelles, se mordent les doigts !..) ?

Je veux plus qu’un contentement, je veux prendre et le faire pleinement…

Comme un souffle de vent sur la canicule, un souffle de vie souffle sur votre Vilenie. Observez bien, et contemplez, chaque brin d’herbe soudain ranimé, après des jours de touffeur extérieure, où la nature semblait manquer d’air, où l’oxygène s’était raréfié…

Doucement d’abord, une légère brise, un changement imperceptible. Puis elle monte, elle prend corps, soulève la robe, se joue de votre mise, vous enveloppe, pénètre sous vos vêtements. On ouvre les portes contre lesquelles elle tambourine, on la laisse entrer, on accepte qu’elle pousse les rideaux, claque les volets, branle les branches…

On la respire, on l’absorbe, on l’écoute pour un moment. Puis elle devient vent violent, menace de renverser des objets, de briser quelques effets ! On recule, on hésite, on pousse sur les fenêtres, on se ravise, et l’on comprend ! Et l’on prend ! Alors s’ouvre un monde, une vie, une gourmandise, on apprend à aimer ce vent. Et malgré la peur de s’envoler, on approche la main courante, on la saisit et on l’enjambe, pour se laisser emporter sans trop savoir où le vent va nous mener…

Publicités
 
7 Commentaires

Publié par le août 23, 2011 dans triturage de cervelet

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,